Bailly - © Chloe Vollmer-Lo

À propos

Pierre Bailly Pierre Bailly naît le 29 novembre 1970 à Alger et grandit à Marche-en-Famenne en lisant Lucky Luke. En 1988, il intègre la section BD de l'Institut Saint-Luc de Bruxelles avant de poursuivre sa formation à l'Atelier de Communication visuelle et graphique de La Cambre. Lors d'un concours de BD organisé par la FNAC, il rencontre à Liège le scénariste Denis Lapière (Le Bar du vieux Français, Alter Ego...). Une collaboration se concrétise rapidement avec la parution du court récit Anguille crue en 1993 aux Éditions Rêve-en-Bulles et de La Baleine de Gaana, quelques pages à la gouache dans le journal Spirou. Après ces galops d'essai, le duo publie en 1996 La Saison des anguilles, pour la collection « Long Courrier » dirigée par Guy Vidal chez Dargaud. Un album remarqué, au ton sombre et aux aplats de gouaches tranchés. Mais l'idée n'est pas de se coincer dans un style, et c'est vers la BD jeunesse que le duo se dirige alors. Pour illustrer le concept de la série Ludo - une BD dans laquelle un enfant lit lui-même une BD - deux dessinateurs sont nécessaires. Vincent Mathy, rencontré lors des années à Saint-Luc, rejoint donc l'équipe. Il s'occupera de mettre en scène l'univers de l'Inspecteur Castar, le héros de BD préféré de Ludo. Ces histoires plutôt légères abordent parfois des thèmes plus graves et permettent de montrer la vie grouillante d'un quartier. La série Ludo, publiée aux Éditions Dupuis à partir de 1998, connaît à ce jour 8 tomes. En 1998, Pierre Bailly collabore pour la première fois avec Céline Fraipont pour Léa, une petite BD muette romantique aux Éditions Enigma. Le duo Lapière-Bailly signe en 2003, pour « Aire Libre », le one shot Agadamgorodok, polar sibérien racontant le parcours de deux frères que tout oppose. Bailly y poursuit son travail de synthèse à la gouache commencé avec La Saison des anguilles. Ces années sont aussi pour lui l'occasion de collaborer régulièrement avec les Éditions Bayard sur des BD plutôt alimentaires et de participer à des albums collectifs. Il teste ainsi toutes sortes de techniques graphiques tout en remplissant la gamelle. En 2007, Céline Fraipont imagine la série de BD jeunesse Petit Poilu. Ces histoires fantasmagoriques sont racontées sans un seul mot, avec pour objectif de s'adresser aux très jeunes lecteurs. Dans chaque épisode, Petit Poilu quitte la maison pour vivre au fil de ses rencontres des aventures farfelues, poétiques et humanistes. Profondément empathique, ce drôle de petit bonhomme reviendra grandi de toutes ces expériences. Usant d'un trait faussement minimaliste, Bailly enchante ses lecteurs de toutes les générations depuis 25 albums déjà, (traduits dans plus de 10 langues). Les deux complices participent activement à l'adaptation de Petit Poilu en série animée (117 épisodes disponibles). Le site petitpoilu.com propose quant à lui de nombreuses activités autour de ce personnage, ambassadeur de la bande dessinée auprès des nouvelles générations. Entre deux Petit Poilu, Bailly dessine Le Muret, portrait sensible, en noir et blanc, d'une adolescente livrée à elle-même, sur un scénario de Céline Fraipont (Casterman, 2013). On le retrouve également sur Homo sapiens, en collaboration avec le paléoanthropologue Antoine Balzeau pour « La Petite Bédéthèque des savoirs » (Le Lombard, 2019).